panier

Vous avez 0 article dans votre panier
Total 0.00€
Voir mon panier

Pays

France
France
fr en
België
België
fr en nl
Portugal
Portugal
pt en
Algérie
Algérie
fr en
United Kingdom
United Kingdom
en
Luxembourg
Luxembourg
fr en
Italia
Italia
it en
Morocco
Morocco
fr en
Deutschland
Deutschland
de en
Schweiz
Schweiz
Österreich
Österreich
de en
Tunisia
Tunisia
fr en
Nederland
Nederland
nl en
España
España
es en
United States
United States
en
Suggestions pour loader
Top Marques :
    Catégories :
      voir toutes les categories
        voir tous les résultats

        L'histoire de bc rich

        Quand Bernardo Mason Rico crée sa petite échoppe de lutherie au fin fond de Los Angeles, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, il est loin d’imaginer que son fiston produira, quelques années plus tard, des guitares au look hardos. En effet, fruits de la tradition mexicaine, les guitares, vihuelos et autres requintos fabriqués par le papounet se destinent essentiellement aux orchestres de mariachis locaux. Mais le fils, Chavez, ne l’entend pas de cette oreille (c’est le cas de le dire), s’intéresse aux ukulélés puis aux guitares acoustiques avant d’introduire dans la boutique paternelle des Strat et des Les Paul qu’il bricole à ses heures perdues. De là à concevoir ses propres électriques, il n’y a qu’un pas qu’il franchit dès 1968. Reléguant son géniteur à la machine à Coca, il entreprend de renouveler l’esprit de l’entreprise. Une étape définitivement franchie quand, en 1969, le fiston présente une dizaine de basses directement inspirées de la Gibson EB-3 ainsi que quelques électriques façon Les Paul. Trois ans plus tard, le premier modèle original voit le jour : la Seagull, qui dispose d’un manche traversant sans talon, une révolution pour l’époque ! L’entreprise grandit rapidement et voit naître, en 1976, la fameuse Mockingbird, sorte de déclinaison naturelle de la Seagull, qui assoit franchement l’image rock de la marque. La suite ne sera qu’une succession de réussites, toujours centrées autour du heavy metal : Warlock (dont le modèle basse fut popularisé par Nikki Sixx de Motley Crue), Ironbird (adoptée par Tony Lommi de Black Sabbath), et autres NJ. La fabrication s’asiatise (fallait l’oser, celle-là), permettant ainsi à l’entrepreneur créatif de passer à la vitesse supérieure question productions. Aujourd’hui encore, la marque se distingue par ses modèles au look ravageur, au rapport qualité/prix imbattable, qui ravissent des générations de métalleux. Et il est vrai que ça sonne lourd !

        T'chat en ligne : Ouvert
        Tchat en ligne : Fermé
        Les conseillers Woodbrass ne sont pas disponibles actuellement.

        Ouvert du lundi au vendredi
        de 9h à 19h

        Veuillez réessayer plus tard.